Le Pilates de Véro pour les Sportifs et les non Sportifs
Coach Pilates à Pézenas

Le sport et la résilience


Un livre très intéressant de Boris Cyrulnik et Philippe Bouhours : "Sport et Résilience"

 

Voici quelques passages fort pertinents :

 

"Le sport et la résilience forment un couple  original, intéressant á questionner. Le sport est p lus qu´une simple performance physique. C´est, comme la résilience, une affaire relationnelle, psychologique, anthropologique, individuelle et collective. "

Boris Cyrulnikf définit la résilience comme la capacité á réussir, á vivre, á de dévelpper en dépit d l´adversité" et "la reprise d´un nouveau développement après un traunatisme"

Autrement dit, la résilience est cette reprise d´un dévelppement après une agonie psychique traumatique, décrite selon plusieurs approches sur le plan biologique, psychologique et social. Perçue comme un processs dynamique, elle représente la réponse adaptative dúne personne face á l´adversité, en fonction de ses propres capacités émotiionnelles et cognitives.

Sil la résilience permet á un individu de retrouver un équilibre psychologique et une renaissance sociale après des événements traumatiques, qu´en est il ches les sportifs ? Ont ils une capacité inhérente á leur `pratique á mieux faire face aux épreuves de la vie que la population générale ?

Il est aujourd´hui établi que la pratique du sport est bénéfique sur le plan physiologique  et la santé mentale. 

Á titre d´exemple, quand on compare un groupe d´athlètes á un groupe de non-sportifs, on peut observer l´impact significatif des facteurs de résilience chez les sportifs et une amélioration de leur qualité de vie.

Mais que se passe-t-il chez un sportif face au drame et á la catastrophe ?

Pour Boris Cyrulnik, la résilience est dynamique grâce aux processus que l´individu met en place : la défense, la prtection, l´èqu, la relance, le défiilibre face aux tensions, l´engagement, l´évaluation, la signification, la positivité de soi et la création. 

"Les études très récentes réalisées ches les sportis permettent également de dégager des éléments de personnalité qui concourent á apprécier la résilience et ses mácanismes sous-jacents. Trois composantes sont centrales pour évaluer la résilience : la mesure de l´adversité, les capacités positives d´adaptation et les facteurs de protection.

 

Le Coach, tuteur de résilience

La place de l´entraîneur est déterminante dans le processus résilient, qu´.il s´agisse d´une pratique sportive individuelle ou d´équipe. Le coach interagit comme un équilibriste, entre sécurisation et dynamisme, entre aurorité et choix.

Il est un subtil mélange de responsabilité, de confiance, de passion et de conviction, ce qui n´eXclut pas la capacité á douter. Il est le représentant de la figure parentale.

Si cette derniére vient á manquer, il peut suppléer le manque, qui ne passe pas uniquement par l´intellectualisation de la relation au sportif ou de la technique, mais par l´empathie et l ´attachement.

Hubert Rippol, dans son ouvrage Le Mental des coachs, insite bien sur l´équilibre délicat du coaching, créant le lien, l´osmose avec le sportifs ou l´équipe, il dépend avant tout de la personnalité du coach lui-même. 

Sport et santé

Nombre de travaux scientifiques semblent indiquer que la pratique du sport accroît la durée de vie, en particulier sur la facilitation de la transcription des télomères (l´extrémité des chromosomes), laquelle est favorisée au cours de l´exercice.

Or on sait que le raccourcissement des telomères joue un rôle prépondérant dans le processus du vieillissement. L´apport essentiel du sport dans la prévention de certaines maladies comme l´hypertenson artérielle et le diabète.

Une activité physique régulière évite un style de vie sédentaire et  induit une activité physiologique et psychologique positives protectrice du stress ou des maladies chroniques.

Dans une étude concernant le niveau d´activité physique et les symptômes de dépression et d´anxiété, conduite sur une cohorte de 33908 Norvégiens suivis pendant onze ans, il aéte montré que la pratique d´une activité physique d´une á deux heures par semaine peut prévenir la dépression. 

Le sport comme mode de vie, la marche, l´activité physique soutenue pouraient jouer un rôle dans la résilience face aux perturbateurs émotionnelles, sorte de guide vers une forme de bonheur. 

Le sport est á l´interface d´un modèle psychologique, pysique et social oú le sujet est le propre acteur de sa santé, dans une perspective individuelle ou plus globale vis-á-via de l´organisation de la société qui en tire ainsi un bénéfice substantiel.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion